Accueil

  Qui sommes-nous ?
  Lettres d’information
  Campagnes
  Communiqués
  Formation
  Publications
  Agenda public
  Dans la presse
  Prises de position
  Politiques publiques
  Documentation
  Actualités
  Élections

Élections - Municipales 2008 -

Réponse de la candidate Nathalie Griesbeck - Metz (57)

Si je n’ai pas inscrit dans le projet que je porte pour Metz une proposition spécifique concernant cette douloureuse question, il n’en demeure pas moins qu’en tant qu’élue d’une part, et femme d’autre part, je suis évidemment très attentive à cet insupportable problème qui touche indifféremment les femmes de tous âges, toutes origines et conditions. Permettez-moi, dès lors, de répondre à votre questionnaire de manière globale, en insistant sur quelques points essentiels.

Je souhaite tout d’abord dire combien j’estime le combat de l’ECVF, lequel rejoint des fondements majeurs de mon engagement personnel dans la vie politique : le rejet de toute discrimination et violence et le devoir d’humanité et de solidarité.

Il m’apparaît ensuite important de rappeler que cette lutte contre les violences faites aux femmes est d’abord une cause nationale, qui doit trouver écho partout en France. Les Villes à cet égard constituent un relais efficace en termes d’information et de communication et il serait sans doute utile et opportun d’utiliser les moyens d’information dont les municipalités disposent (le journal municipal par exemple) pour relayer les messages et actions de prévention indispensables pour faire évoluer les mentalités.

De même, s’agissant de la sécurité des habitants, le Maire est appelé à jouer un rôle essentiel. Pour ma part, et s’agissant de la prévention des actes de violence quels qu’ils soient, je propose de faire le point chaque mois avec l’ensemble des Services concernés, et plus particulièrement la Police Nationale. Dans ce cadre, je serai particulièrement attentive au cas particulier des violences faites aux femmes et ne manquerai jamais de faire état des cas qui pourront nous être signalés. Par ailleurs, j’insisterai aussi pour que le CCAS, au titre de ses missions, soit très vigilant quant aux situations de violence dont il pourra avoir connaissance.

Enfin, je serai bien évidemment à l’écoute du réseau associatif (ses attentes, ses besoins), la mission de proximité qu’il assure, sa pratique du terrain au sein des quartiers, sa connaissance des personnes fragiles étant irremplaçables, sachant que nombre de femmes hélas n’osent pas – souvent par peur des représailles… – dénoncer les violences dont elles sont victimes.

Réponse reçue le 5 mars 2008