Accueil

  Qui sommes-nous ?
  Lettres d’information
  Campagnes
  Communiqués
  Formation
  Publications
  Agenda public
  Dans la presse
  Prises de position
  Politiques publiques
  Documentation
  Actualités
  Élections

Campagnes - L’affaire OrelSan : ce qu’en pensent des artistes -

Samie Louve, poète - 15/07/09

Je ne pouvais passer sous silence les débordements de ce jeune homme, qui sous le prétexte de dénoncer la trahison de sa compagne du moment, chante avec une réelle animosité, voire virulence et des mots dont l’usage se doit d’être prohibé, des propos machistes qui, s’ils sont la risée de bien des personnes qui se disent censées, sont prises au sérieux et trop souvent appliquées par des jeunes c...s et autres machistes revanchards en mal de virilité. Si le rap est supposé être la liberté d’expression et du malaise qui touche des garçons ou des hommes en mal de revendications, s’insurgeant contre les sociétés et leurs politiques mal menées, cela ne justifie en rien les propos sexistes et haineux colportés par des chanteurs-rappeurs en mal de reconnaissance et dont la violence s’exerce une fois de trop sur les jeunes femmes, devenues les souffre-douleur de petites frappes dont nous ne savons que trop qu’ils usent de leur mâle constitution et souvent à plusieurs, lâchement, s’attaquant sauvagement à la féminité. Il n’y a eu que trop d’exemples de jeunes femmes brûlées ou violées, martyrisées pour que ces incitations à la haine, galvaudées au rythme de leurs rengaines soient mises une fois pour toute en quarantaine et leurs textes interdits de citer sous le nez de ces chanteurs qui font leur renommée en appelant la mort à frapper d’innocentes victimes que sont trop femmes !

Samie Louve