Accueil

  Qui sommes-nous ?
  Lettres d’information
  Campagnes
  Communiqués
  Formation
  Publications
  Agenda public
  Dans la presse
  Prises de position
  Politiques publiques
  Documentation
  Actualités
  Élections

Communiqués -

12/10/2012. Viols de mineures à Fontenay-sous-Bois : UN DENI DE JUSTICE

Paris, le 12 octobre 2012

COMMUNNIQUE DE PRESSE

Procès de Créteil : un déni de justice

L’association des Elue/es Contre les Violences faites aux Femmes - ECVF - exprime son incompréhension devant le verdict rendu le 10 octobre 2012 par la Cour d’assises de Créteil, et s’indigne de l’indulgence des peines et acquittements délivrés, pour des viols en réunion sur deux mineures, qui se sont déroulés à Fontenay-sous-Bois de 1999 à 2001.

Dans un pays où l’on décompte environ 75000 viols par an, où une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son compagnon, nous ne pouvons que constater une fois de plus que la justice ne traite pas à égalité les femmes et les hommes.

Ce jugement vient renforcer le fait que les violences sexuelles sur les femmes sont rarement reconnues (moins de 10 % des femmes victimes de viols déposent plainte, et moins de 2 % des violeurs sont condamnés).

ECVF tient à souligner les très graves conséquences de ce jugement. Au-delà du déni de justice adressé aux deux victimes - dont l’une n’est même pas reconnue comme victime - voilà le message envoyé à la population : les violeurs peuvent continuer à violer en toute impunité et les victimes, déjà peu nombreuses à porter plainte, ne seront pas entendues… cela ne sert à rien de porter plainte !

Membres d’ECVF, Association d’élu/es engagée/es dans la lutte contre les violences faites aux femmes, qui portons le message inverse et nous mobilisons, aux côtés des associations et services dédiés à la défense des droits des femmes, pour aider les victimes de viol à sortir du silence, nous pouvons témoigner des plaintes pour violences conjugales et violences sexuelles que nous recevons chaque jour dans nos permanences.

ECVF tient à s’associer aux justes prises de position des associations féministes qui ont rendu compte de ce procès consternant, et propose d’ouvrir un grand débat sur cette question de société.

Contact presse Bodo Clavreul – Chargée de mission 01 44 24 54 80 contact@ecvf.fr